La Troisième Fois

Publié le par Emöjk

Sur mon bureau élimé, un texte se repose. Je viens d'en lire quelques pages, beaucoup appréciées.
C'est un roman ? Un texte du tigre-lys, de la fille aux trois lettres. Je l'aime beaucoup.
Mon père avant Noël a lu les Rêves. Enfin, il a commencé et puis arrêté, incapable d'aller jusqu'au bout, emmêlé dans les images tortueuses, perdu dans le labyrinthe de métaphores.
Alors je lis ce texte au si joli titre, qui tombe dans la bouche, et je me prends à imaginer un texte ainsi sortant de mes mains.

J'ai eu du mal à finir la 2e partie des Rêves, et la 3e a trébuché sur quelques lignes et puis c'est tout. Est-ce lié ? Je veux atteindre cette poésie touchante et atypique, sans avori besoin d'en faire des tonnes.
Elle me disait : ta forme a changé, mais pas le fond... Les étoiles sont toujours les étoiles, et les clichés poétiques des clichés poétiques (et elle, elle parle des glands de chêne évidés). Elle a raison, comme toujours.
(mais bien sûr il me faut laisser passer quelques semaines pour l'accepter et le recconaître, sinon j'aurais l'air de quoi ?)
Donc les Rêves vont retourner une fois de plus, la troisième, sur ma table de travail. Je vais probablement imprimer cette seconde version (qui au moins gardera son titre) et la recopier au fur et à mesure, l'allégeant de ses défauts, si possible.
J'avais envie de laisser tomber, de recommencer à continuer Élaboréale (au titre précieusement accentué), et puis non. Comme dirait Monsieur D., par principe je continue. Je sens que cette fois-ci...
Toutes remarques à déposer au fond de la bouteille, prenez des moufles.

Publié dans Chansons d'Hiver

Commenter cet article

Lily 28/12/2006 09:40

Je suis sûre que si tu commences à faire l'expérience de ce dont tu parles, tu auras moins de mal à parler de choses plus prosaïques (y compris les glands, qui sont, malgré le fait qu'on tente de nous le cacher, un des plus beaux fruits) et à créer ta propre poésie autour...Courage, mon esquimau... :)