La Musique

Publié le par Emöjk

La musique passe par les oreilles. Les mots passent par la bouche, mais surtout pour moi qui suis incapable de prononcer les sons français, par les doigts. Les phrases jaillissent de mes phalanges, éclatent en grappes bleues sur vos yeux, directement dans les recoins chauds du cortex.
Pour apprendre votre langue, m'en faire pousser une troisième, j'ai dû prononcer les phrases, les arracher aux pages froides et les lancer en l'air, souffler les sons, les syllabes, encore et encore des voyelles litaniques. A trop en répéter on ressemble à une chouette, un chant brisant l'obscurité, se répercutant aux réverbères pour revenir à nos oreilles déformé, sonnant faux. Alors on recommence. Mille nuits ainsi.
En même temps que cette musique des mots, déjà connue sous d'autres tonaltitudes, j'ai vu les instruments. Je les ai vu, pas entendus, ces gracieux démons qui jugulent la voix humaine, capturent les échos de la nature dans des boîtes de bois et d'électricité, et les jonchent sur le papier, comme un roman en fait. On compose les mots comme les sons, et j'apprendrais ainsi à mes enfants, reconnaître le mot muet du papier pour celui, bien vivant, qui glisse sur la langue.
Un effort ainsi pour traduire, non, pour transférer les sons en phrases, les opéras en histoires, et les notes en mots. J'aimerais cela, un livre qui chante. Lorsque j'écris parfois j'essaye, au milieu d'un broussailleux paragraphe, de cacher un bout de mélodie qui éclatera jusqu'aux lobes du lecteur, lui faisant un instant oublier tous ces mots et savourer la musique, glissant sous la langue.

Et les Rêves ? Ils progressent...

Publié dans Chansons d'Hiver

Commenter cet article