La Dernière Fois

Publié le par Emöjk

Peut-être est-ce parce que mes veines sont chaudes d'un peu d'alcool ce soir. Je repense à cette dernière fois, juste avant la note ci-dessous ; je disais que j'ai pensé à laisser tomber les Rêves, mais ça n'est pas tout à fait vrai. J'ai pensé à laisser tomber l'écriture.
Ca ne me semblait plus aussi important. Sheer folly. Peut-être comme un défi à cette force qui me tient depuis des années, j'ai prétendu qu'elle ne servait à rien, qu'elle ne me menait nulle part, qu'elle n'était là que pour épuiser mes forces dans des illusions.
Ce qui est vrai c'est qu'il faut prendre l'écriture au sérieux. Il peut sembler facile de raconter une histoire et pourtant c'est la chose la plus difficile au monde. Chaque mot doit être ciselé au possible pour correspondre à l'image que l'on a en esprit, et pourtant ça ne correspond jamais.
C'est cette course impossible que j'ai pensé pouvoir fuir. Love of colour, sounds and words, is it a blessing or a curse ? Laura et moi demandions il n'y a pas si longtemps ; et je n'ai toujours pas la réponse. Mais une fois que l'écriture vous a attrapé, elle ne vous laissera pas si facilement ; vous pensez vous en débarasser et elle revient sous d'autres oripeaux, et c'est reparti.
J'écris des histoires depuis des années, depuis que mon adolescence a pointé le bout de son nez, et j'ai bien l'impression qu'elles vont s'accrocher à mon adultâge jusqu'au bout. C'est comme ça. Qu'elles soient boiteuses ou satisfaisantes, les histoires sont là, au bout de mes doigts, il faut bien que je les fasse sortir. Jusqu'à la dernière.

Publié dans Chansons d'Hiver

Commenter cet article