La Cinquième Bouteille

Publié le par Emöjk Martínssøn

Il a dans le crâne les dents de ces filles, leurs sourcils en été et le bruit de leurs pieds qui se déchaussent. Avec son nid de serpents, lui aussi écrit un livre où il existe peu, un livre rempli d’images qui changent à chaque fois que l’on tourne les pages. Il aimerait appeler ce serpentin fouillis : « les amoureuses ». Il lui manque tout juste des doigts en bouts de ciseaux, pour en sortir un début et une fin, les bonnes chaussures dans les bons pieds. Et beaucoup beaucoup d’orteils.

Commenter cet article