La Troisième Main

Publié le par Emöjk

J'aime les choses qui vont par trois. Une déformation de l'éducation que j'ai reçu dans votre pays, je suppose, qui m'a appris à tout ranger par trois dans les devoirs. Une question de symétrie ; chez nous, c'est le chiffre 7 qui prévaut. Une question de beauté.
Je n'ai pas beaucoup le temps d'écrire avec ma troisième main ces temps-ci, les deux premières ayant beaucoup de choses à faire. Chaque main a sa vie propre, parfois j'ai même l'impression que ce sont des corps différents auxquels elles se rattachent.
Comme dans les histoires pour enfants, cette main-là va au marché. Il faut n'est-ce pas laisser les rêves à la porte, garder les pieds (deux seulement ceux-là) bien enracinés dans la terre. Ma première main travaille, et je pense parfois à mes amis de là-bas, les sourires qu'ils feraient en me voyant étudiant.
Cette main-là est un poil paresseuse ; alors de temps à autre, c'est cette main-ci, moins sérieuse, qui s'égare. Cette main-ci amuse ses amis, entertain them comme dirait la première. Elle écrit de petits scénarios, parfois juste quelques notes, des bouts d'histoires dans des univers ludiques. Elle pratique cet acronyme de trois lettres qui fait fuir tellement de filles et de gens raisonnables, le jeu de rôle. La deuxième main a ceci de pratique que ce qu'elle écrit fait directement plaisir aux autres, simplement, sans passer par tant d'intermédiaires.
Elle se rapproche un peu donc de la troisième, qui écrit d'abord pour elle-même, il faut bien l'avouer. Cette main, elle, fait des Rêves (avec une majuscule) qu'elle aimerait partager avec le monde mais ne sait pas encore bien comment. Il faut que cette main trouve ses mots. C'est une question, je suppose, de langue. Chez moi, je saurais.
Mais ici il faut nouer les bonnes racines.

Publié dans Chansons d'Hiver

Commenter cet article