L'Homme A La Peau Rouge

Publié le par Emöjk Martínssøn

Sous les porches marchent une foule de gens différents. Sous les abribus, on en voit des jaunes, des bruns, des gris, des bleus quand le temps est au froid. Lui, il a la peau rouge. De la tête aux pieds, et dans l’autre sens, on dirait qu’il s’est jeté sur un court de tennis.
Ce n’est pas un Indien, pas un homme de plumes. Il y a souvent droit, et au début, au travail : « où est ton cheval ? » Pas de shaman, non plus, juste une peau tomate, ce n’est pas plus étrange qu’une autre. Sous la terre, entre deux néons, ça ne se voit pas ; entre deux étincelles, le long d’un rail ça fait des feux d’artifice.
Il s’habile en jaune, parfois, pour embêter les mères d’enfants curieux. Il est brun alors, en plein été il peut se cacher dans le crépuscule. Il balade ses pieds rouges et se demande où sont les hommes verts, les femmes bleues. Est-ce qu’elles portent des gants, des bottes ? Et si il les épouse, ses enfants seront-ils mauves ?
Et quelqu’un d’autre en rouge, alors ? Il manque d’un partenaire pour fouetter sa raquette…

Commenter cet article