La Fille-Glaçon

Publié le par Emöjk Martínssøn

Chez elle, tous les radiateurs ont été tués à coups de marteau, et les carreaux brisés à coup de souffle. L’été a peur de rentrer ici, reparti avant même d’être arrivé. Il n’y a que le vent de bienvenu, et encore. Elle a installé un oreiller dans le congélateur, et elle n’en sort que pour croquer des carottes et prendre des douches froides. Elle ne fait rien d’autre, la fille-glaçon.
Si, parfois, elle ramène un garçon. Il recule un peu en sentant ses doigts de pied rapetisser ; mais en général, il a bien trop chaud pour s’enfuir. Il faut bien mettre tout ça quelque part. Et puis, la fille-glaçon, elle sait ce qu’elle veut : le bout des seins gelés, elle se frotte déjà à lui pour faire tomber le givre. Elle avale la chaleur, elle la coince en elle, comme une tempête de neige. Le garçon trouve que ça picote, trop tard, déjà il est comme de la rouille. Elle jouit et se flaque, il se brise en stalactite de glace, et disparaît derrière le radiateur. Derrière le radiateur, il y en a d’autres. Elle se lèche les doigts, ils fondent et gouttent par terre. Le vent vient, timide, balayer les restes.

Commenter cet article